Terminus Lyon Eurexpo

Ainsi débute l’aventure pour le visiteur arrivant par le tram T5 au 41e Salon Époquauto. Il faut bien les trois jours (8-9-10 novembre) pour venir à bout des 66 000m2 d’exposition. Afin d’achever l’année en beauté, on retrouve le Centenaire Citroën, la marque Delage, les motos Gnome et Rhône, un superbe plateau Maserati et bien sûr la présentation Autodiva dédiée aux voitures de John Crosslé, sans oublier la Vente aux Enchères à 14h le dimanche sous le marteau de Maître Osenat.

On est accueilli par une “sortie de grange” tout à fait sauvable mais qui saura restaurer le panneau routier ?

la rare M.E.P. Daphné VII (1953) , une petite GT française construite à Albi. Moteur Citroën 1;9. Juste 7 exemplaires montés, celui-ci est le seul connu (n°001).


José nous présente sa Denzel. L’auto va revivre après un sommeil de 40 ans. Remerciements à l’équipe d’AerGom pour leur accueil sur le stand.

Berliet CAD équipé d’une citerne d’arrosage de 3700 litres livré à la Ville de Lyon en 1912. Boîte 4 vitesses et transmission par chaînes aux roues à bandages.

Lancia Aurelia B50 année 1951. Moteur V6, 1754cc. Ce très désirable cabriolet a connu 7 propriétaires et se présente en état d’origine.

Lyon, c’est aussi le Musée des Beaux Arts. On y découvre de petites merveilles comme “La Noce chez le Photographe” de Pascal Dagnan-Bouveret. (1879)

Ces quelques images ne sont qu’un mince aperçu du salon lyonnais. A suivre !
Texte et photos©RVR