Les Voitures Présidentielles. 4

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:La Vie du Club

Numéro 6 de chez Peugeot : le charme discret de la bourgeoisie de province : 

Hasards étranges de la vie, pendant que la folie 604  frappe notre ami Franck Galiègue, collectionneur de véhicules de cinéma devant l’éternel dont nous vous avions déjà parlé : https://lerendezvousdelareine.fr/movie-cars-central-demenage/ , voilà qu’à Puteaux, par la grâce d’une exposition sur les véhicules présidentiels, la mal aimée 604 refait surface. 

Née en 1975, elle aura une carrière de près de 10 ans. Elle reprend la numérotation commençant par 6 oubliée avec la Peugeot 601 produite dans les années 30. 

C’est pour concurrencer la germanique armada, que fut développée cette grande berline statutaire.

Elle a la particularité de n’être motorisée qu’en V6 PRV développé par la Société Française de Mécanique basée à Douvrin dans le Noooord, ou en turbo diesel. Toutefois quelques modèles de 604 réservées à l’administration furent motorisées par le 4 cylindres essence de la 504. 

Nous ne vous ferons pas l’affront de vous rappeler que ce V6 anglé à 90 ° est en fait une tranche d’un moteur V8 aux ambitions internationales. D’une puissance modeste, 144 chevaux sur la Peugeot, il sera pendant près de 30 ans la bonne à tout faire automobile pour les hauts de gamme Français mais pas seulement…

C’est ainsi qu’on le retrouvera sous le capot des Renault 30 et 25, des Peugeot 504 coupés et cabriolets, des Alpines A 310, V6 GT et Turbo, des Venturi mais aussi de manière plus exotique sous celui de la Delorean DMC 12, vous savez,  la machine à voyager dans le temps cinématographique ?

N’oublions pas non plus qu’elle succéda à la noria des DS Gauliennes dès la présidence de VGE pour mener une carrière protocolaire discrète jusqu’à François Mitterrand. 

Philippe Bouvard le célèbre chroniqueur journaliste et animateur des grosses têtes en fit son bureau roulant dans une version Heuliez rallongée. Heuliez qui commit aussi une rarissime version Landaulet présentée dans Essais Libres…https://www.youtube.com/watch?v=F_7s6ZRibFA
Si la 604 naît ex nihilo dans la gamme Peugeot, elle aura droit à une descendance tardive avec la remarquable 605, grande berline des années 90 à l’agilité d’une GTI, puis 607 là encore une réussite en matière de comportement, moins en fiabilité.

D’ailleurs Nicolas Sarkozy, s’offrira un triomphe à la romaine lors de son investiture en 2007, en prenant place à l’arrière du seul landaulet sur base 607 fabriqué par Peugeot en collaboration avec Heuliez sur une base rallongée rebaptisée Paladine. Peugeot dût remettre en fonctionnement en toute hâte ce prototype de salon afin qu’il ne tombe pas en panne lors de sa remontée de la plus belle avenue du monde. Outre sa carrosserie ouverte à l’arrière, la Paladine présentait l’originalité de disposer d’un toit rigide rétractable en deux parties, à l’instar de la populaire 206 CC. 

Là encore, remettons les pendules à l’heure, si Mercedes réactiva cette mode des toits rigides rétractables sur sa SLK, c’est bien au constructeur de Sochaux que l’on doit dès les années 30 par l’ingéniosité du Docteur Paulin, dentiste de son état, la création de ce dispositif baptisé Eclipse..

Alors avant que la rouille ne ronge les derniers exemplaires encore en circulation ou tankés dans d’obscurs garages de province, il faut sauver le soldat 604 !!!
Que soit remercié ici Jacques Vergès, grâce à lecture de son ouvrage  sur les Peugeot les plus emblématiques de 1950 à 2010, j’ai pu compléter mes connaissances sur ce fleuron de la qualité française trop méconnu. 

 

 

Texte et photos: Paul GUY. Mise en page: Atelier RvR. ♫ Á suivre !