Les CABRIOLETS DB Le Mans et RENE BONNET Le Mans

1 img290

Au salon de l’ Auto de Paris 1959 : le stand DB présente le Cabriolet Le Mans, ainsi nommé en l’honneur des nombreuses victoires de la marque en 1954, 55, 56 et 59.

Les Constructeurs : passionnés par la course automobile, CHARLES DEUTSCH et RENE BONNET ont construit leurs premières voitures en 1938 , à moteur Citroën Traction

Un peu d’Histoire : Ils s’associent en 1947 et remportent avec leurs DB de nombreuses victoires avec des tanks, des coupés et des monoplaces à moteur Panhard.

Parallèlement ils commercialisent des cabriolets et coachs sportifs parmi lesquels les célèbres DB HBR 4 et 5

Le Cabriolet Le Mans présenté au Salon 1959 est mu par le moteur Panhard Tigre bicylindre de 851 cm3 qui développe 50 ch SAE.

Au Salon 60 on peut avoir deux autres motorisations optionnelles : 702 et 954 cm3 qui développe 75 ch SAE. Un cabriolet avec Hard Top est également commercialisé.

2 DB Le mans aile AR

Au Salon 61 , 3 versions sont disponibles :

Le Mans Racing sans parechocs

Le Mans Luxe , moteur 850 ou 954

Le Mans Grand Luxe reconnaissable à ses doubles phares Mégalux, moteur 850 ou 954

3 DB Cab  Le Mans GL 1961

En tout plus de 300 DB Le Mans seront construites dans les ateliers de Champigny sur Marne et à Romorantin, jusqu’à la séparation des deux associés, au printemps 1962.

RENE BONNET continue seul l’aventure : le Cabriolet René Bonnet Le Mans est établi sur la plateforme de la DB Le Mans luxe .

Il est reconnaissable au gros bossage du capot. En effet celui-ci abrite un moteur Renault d’ Estafette poussé à 70 ch; le train avant est aussi celui de l’ Estafette, le train AR est inchangé. Une soixantaine d’exemplaires seront assemblés en deux ans.

4 René Bonnet

Parallèlement René Bonnet présente le cabriolet Missile sur plateforme Renault 4 , moteur de Dauphine 1093 : très ressemblant au Le Mans , il n’en a aucune pièce commune.

Il crée aussi la Djet , que Matra s’appropriera en 1964.

Matra qui sera à son tour dévoré par la grosse bête Renault quelques années plus tard…